Comment acheter des actions en bourse ?

comment acheter des actions

Comme nous l’avons déjà mentionné, vous achetez des actions parce que vous comptez sur une augmentation de la valeur des actions (la hausse du prix) ou parce que vous comptez sur un dividende stable (une partie du bénéfice qui est versé annuellement).

Depuis l’arrivée d’Internet, l’achat d’actions est devenu beaucoup plus facile. Autrefois, il fallait encore se rendre dans un bureau de banque et signer quelques papiers et souvent, on ne savait que très tard si les actions avaient effectivement été achetées. Aujourd’hui, vous pouvez acheter et vendre des actions en temps réel par l’intermédiaire d’un courtier en ligne, en appuyant sur un bouton. Le commerce des actions est devenu très accessible, mais l’investisseur doit bien sûr toujours garder à l’esprit le risque d’un investissement en actions.

Le commerce des actions est soumis à des règles strictes. Seule une institution officielle est autorisée à négocier des actions. Aux Pays-Bas, cette institution est Euronext Amsterdam, et à Bruxelles, Euronext Bruxelles. Tous deux font partie de la société boursière internationale Euronext, qui a également des bureaux à Londres, Lisbonne et Paris.

Comment et ou acheter des actions ?

Tous ceux qui veulent acheter ou vendre des actions doivent le faire via la bourse. Bien entendu, vous ne pouvez pas le faire directement, vous devez faire appel à un intermédiaire : la banque ou le courtier. Tout d’abord, vous devez avoir un compte commercial auprès de cette institution. Il s’agit d’un compte en ligne qui permet de suivre les actions que vous possédez. Les banques traditionnelles prélèvent généralement un droit de garde annuel pour chaque action détenue sur votre compte de négociation. La plupart des courtiers en ligne ne le font pas, ce qui peut représenter une économie considérable.

Aujourd’hui, tout est strictement réglementé, de sorte que lorsque vous ouvrez ce compte de négociation ou de dépôt, vous devez présenter une copie de votre passeport ou de votre permis de conduire pour prouver que vous êtes bien celui que vous prétendez être. En outre, l’investisseur novice doit remplir un formulaire comportant des questions sur ses connaissances des valeurs mobilières, le risque maximum qu’il est prêt à courir, et tout cela ensemble est appelé profil de l’investisseur. Le courtier respecte ainsi le devoir de diligence requis et les lignes directrices européennes de la MiFID, destinées à protéger les investisseurs contre la prise de risques excessifs.

La banque ou le courtier vous donne la possibilité d’acheter des actions sur différentes places boursières, comme les bourses d’Amsterdam, de New York, de Londres ou de Tokyo. Chaque fois que vous achetez ou vendez des actions, le courtier vous facture une commission. De nombreuses banques traditionnelles facturent un certain pourcentage du montant de la commande, par exemple 2 %. Ainsi, sur un investissement de 3000 euros, on peut facturer 60 euros de frais d’achat. Il est donc beaucoup plus sage de négocier les actions par l’intermédiaire d’un courtier en ligne spécialisé : celui-ci prélève généralement une commission fixe par transaction. Dans certains cas, une telle transaction ne coûte que 2 ou 6 euros ! Plus les coûts sont bas, plus vous réaliserez rapidement un bénéfice lorsque le prix de l’action achetée commencera à augmenter.

Pour acheter des actions, les investisseurs peuvent s’adresser à n’importe quelle banque. Il n’est pas nécessaire de passer par la banque où vous effectuez normalement vos opérations bancaires. Bien sûr, c’est facile. Toutes les banques prélèvent une commission pour l’achat et la vente de titres. Ces tarifs diffèrent fortement les uns des autres. Une banque est bon marché pour les petites transactions alors qu’une autre banque offre des avantages pour les grosses transactions. La comparaison de différents taux ne peut pas faire de mal. Il existe également des banques et des courtiers qui travaillent exclusivement via Internet, comme Binck et Alex. Bien sûr, cela fait une grande différence au niveau des coûts et, en plus, ils sont en concurrence les uns avec les autres, de sorte que les coûts sont aussi bas que possible.

Les coûts élevés facturés par les banques traditionnelles sont en partie le résultat d’une tradition selon laquelle les banques conseillent les clients. Un investisseur peut demander à sa banque des conseils sur certaines entreprises, le taux d’intérêt ou le climat boursier en général. Bien sûr, la banque le fait pour une raison !

Dans le même temps, cependant, de plus en plus d’investisseurs n’ont pas du tout besoin de conseils. Ils savent exactement ce qu’ils veulent acheter ou vendre. Ces investisseurs veulent faire des affaires rapidement, efficacement et à moindre coût. Les courtiers en ligne répondent à ce besoin. La banque à domicile via le PC est courante, vous pouvez donc aussi investir derrière l’ordinateur dans votre salon. Par le biais d’Internet, vous donnez vos ordres à votre courtier. L’un des principaux avantages d’investir via l’internet est l’accessibilité. Vous pouvez donner des ordres 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, qui seront exécutés dès l’ouverture des bourses. C’est pratique, car tout le monde n’a pas le temps d’aller à la banque pendant les heures de bourse.

Acheter des actions étrangères

L’internationalisation des marchés financiers a rendu beaucoup plus facile l’achat d’actions étrangères. Pour acheter des actions en dehors de la zone euro, il est nécessaire de changer les euros en devises étrangères. Bien entendu, votre courtier s’en chargera automatiquement. Lors de la vente des actions, les devises étrangères dans lesquelles les actions sont cotées sont reconverties en euros. Cela implique des risques de change.

Le rendement d’un investissement en actions étrangères dépend à la fois des fluctuations du cours de l’action et des fluctuations du taux de change. Supposons que vos actions achetées en Amérique chez Google augmentent de 5 % mais que la valeur du dollar baisse de 6 %, alors vous faites même une perte sur une action qui a bien performé. Ce risque de change peut donc vous coûter votre profit et même vous laisser avec une perte. D’un autre côté, il est également possible que le bénéfice soit encore plus important en raison d’un taux de change plus élevé.

Quels sont les types d’ordres ?

En général, vous passez ce que l’on appelle un « ordre au mieux », c’est-à-dire un ordre qui est exécuté au meilleur prix à ce moment. Par exemple, vous pourriez vous attendre à acheter l’action à 24,50 euros, mais au final, elle est achetée à 24,60 euros. Une fois que la banque ou le courtier a enregistré votre ordre, celui-ci entre dans le système de négociation. L’achat de vos 100 actions de Philips est effectué au meilleur prix disponible à ce moment-là. Pour les grandes entreprises qui détiennent de nombreuses actions, c’est assez simple. Contre votre demande, il y a toujours une offre disponible auprès du spécialiste qui négocie ce stock spécifique. Philips en est un exemple.

Outre la commande au mieux, vous pouvez également opter pour une commande dite limitée. Vous dites à votre courtier, par exemple, que vous voulez 100 actions Philips, mais que vous limitez l’ordre à x euros par action. Si le prix est supérieur à x euros à ce moment-là ou pendant toute la journée, vous ne recevrez aucune action. Ils étaient trop chers pour vous.

Il est également possible que vous souhaitiez vendre des actions. Dans ce cas également, vous pouvez donner un ordre limité. Par exemple, vous ne voulez pas vendre en dessous de x euros par action. Si le prix est inférieur à ce prix pendant toute la journée, vous ne vendrez pas. Un type particulier d’ordre est l’ordre stop-loss. Par exemple, vous avez acheté des actions de abc pour 10 euros. En quelques mois, le prix est passé à 15 euros. Vous ne voulez pas perdre ce bénéfice, alors vous donnez un ordre de cessation des pertes. Vous dites, par exemple, que les actions doivent être vendues si le prix tombe en dessous de 13,50 euros. Si l’action commence à baisser et que le prix atteint 13,50 euros, votre courtier procédera à la vente.

Qu’en est-il des petites actions ?

Les choses sont très différentes lorsqu’il s’agit d’une petite entreprise dont les actions sont beaucoup moins nombreuses à être négociées. En termes boursiers, on parle de faible liquidité. Si l’on ne s’en occupe pas, des résultats fous peuvent survenir. Prenons par exemple une société dont seulement 1000 actions sont échangées chaque jour. Si un ordre pour 500 actions apparaît soudainement, le prix va immédiatement monter en flèche. Un ordre de vente de 500 actions peut faire chuter le prix.

Pour résoudre ce problème, des « fournisseurs de liquidités » ou « teneurs de marché » sont actifs. Ce sont des entreprises qui travaillent par le biais de la bourse. Ils ont le droit d’organiser le commerce d’un certain nombre de titres. Toutefois, ils ont également des obligations en contrepartie de ce droit. Les fournisseurs de liquidités doivent toujours proposer des prix de vente et d’achat raisonnables s’il y a une demande ou une offre. Afin de déterminer ce qui est raisonnable, ces prix ne peuvent différer que d’un certain pourcentage. Les fournisseurs de liquidités font un travail très utile. Ils maintiennent le marché des petits stocks animé, transparent et raisonnable. Il est très important de noter que les fournisseurs de liquidités ne sont pas là pour aider les investisseurs à se débarrasser d’une mauvaise action. Si l’offre d’actions augmente, l’apporteur de liquidité fera également baisser les prix.

En tant qu’investisseur privé, vous n’avez pas grand-chose à voir avec les grands groupes professionnels qui opèrent en bourse. Néanmoins, il n’est pas imprudent de garder un œil sur les mouvements de ces grands garçons. Ces grands acteurs, tels que les fonds de pension et les banques, achètent des actions ou des paquets d’obligations pour des dizaines de millions à la fois. Cela peut se faire par un canal distinct, mais leurs mouvements ont une influence majeure sur la formation des prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.